Cotoneaster : comment le planter, tailler et entretenir ?

Le cotoneaster est un arbuste buissonnant au feuillage persistant, semi-persistant ou caduc, assez rustique, qui mérite d’être connu. Pour tout savoir sur la plantation, la taille et l’entretien du cotoneaster, vous êtes au bon endroit : nous vous détaillons les spécificités du cotoneaster dans notre article.

Spécificités du cotoneaster

Le cotoneaster fait partie de la famille des Rosacées. Cet arbuste buissonnant au feuillage vif et flamboyant est originaire du Nord de l’Europe, de l’Asie et du Nord de l’Afrique. Il est notamment apprécié pour ses jolies baies / fruits rouge vif qui le rendent très décoratif en extérieur.

Lire également : Le guide ultime pour choisir correctement votre nettoyeur haute pression

Avec son feuillage caduc ou persistant, selon les variétés, le cotoneaster peut égayer le jardin toute l’année en vous offrant tantôt ses fleurs, tantôt ses baies. Les fleurs du cotoneaster sont blanches ou rosées et apparaissent au printemps, de mai à juillet. Elles sont très appréciées car exceptionnellement mellifères.

Les baies du cotoneaster apparaissent quant à elles à l’automne, pour un effet décoratif garanti.

A découvrir également : Passionné de jardin ? Faites de la vente de légumes votre activité

Le cotoneaster est aussi vivement apprécié en pot pour décorer une terrasse ou un balcon bien exposé. Au jardin, il peut être intégré à une haie, à des massifs et peut aussi servir de couvre-sol.

Le cotoneaster peut atteindre les 3 mètres en pleine terre (variétés et espèces de cotonéasters non couvre-sol) mais peut rester en taille « petit arbuste » en pot si vous le taillez bien. Son entretien est simple, ce qui le rend encore plus attrayant. Les différentes variétés de cotoneaster incluent :

  • Cotoneaster franchetii
  • Cotoneaster horizontalis (couvre-sol / rampant)
  • Cotoneaster dammeri
  • Cotoneaster apiculatus
  • Cotoneaster microphylla (parfait pour en faire un bonsaï, comme Cotoneaster horizontalis)

Besoins et environnement des cotoneasters

Le cotoneaster est très facile à cultiver , en bacs, ou en pleine terre. Peu exigeant, cet arbuste s’adapte à tous types d’exposition et à tous types de sols, que ce soit un cotoneaster couvre-sol, un cotoneaster persistant ou un cotonéaster à feuilles caduques.

Un sol ordinaire / bien drainé et un emplacement / une exposition ensoleillée à mi-ombre sont les seules exigences du cotoneaster. Autant dire que l’on peut le mettre partout : ultra rustique, le cotoneaster peut supporter des températures descendant jusqu’à -25°C.

Polyvalent, le cotoneaster est incontournable pour décorer un jardin et apporter de la couleur en automne. En haie, il crée de très utiles brise-vues grâce à la densité de son feuillage (cotoneaster persistant).

La plantation du cotoneaster

Le cotoneaster se plante de manière idéale à l’automne, juste avant l’hiver. Cela lui donne suffisamment de temps pour s’enraciner de manière qualitative. 

A la mi-novembre, tous à vos pelles : votre cotoneaster est prêt à être planté en pleine terre, mais aussi en pot ou en bac. Il est aussi possible comme de nombreuses plantes de le mettre en pleine terre au printemps, mais cela nécessitera un arrosage plus soutenu pour favoriser l’enracinement avant l’arrivée de la saison chaude.

Le cotoneaster en pot

En pot ou en bac, le cotoneaster peut se cultiver sans difficulté sur un balcon ou sur une terrasse. Le cotoneaster n’est pas spécifiquement une plante d’intérieur, mais peut toutefois être cultivé en mode bonsaï avec une taille régulière.

Choisissez un pot percé au fond afin de permettre l’écoulement de l’eau. Le cotoneaster apprécie une terre bien drainée. Placez des billes d’argile au fond du pot ou du bac et remplissez avec un peu de terreau de plantation spécial arbres et arbustes. 

Placer votre cotoneaster dans la terre et recouvrir avec le restant de terreau. Arrosez une fois que la surface de la motte / du substrat est sèche.

Un apport d’engrais est nécessaire une fois par an en période de végétation.

Le cotoneaster en pleine terre

En pleine terre, les recommandations de plantation sont les mêmes que pour un cotonéaster en pot. Plantez de préférence à l’automne pour éviter un mauvais enracinement et un surplus d’entretien (arrosage).

Entretien du cotoneaster : taille, binage, arrosage

La taille du cotonéaster persistant se fait au début du printemps, lorsque vous voyez que l’arbuste prend ses aises. Donnez-lui la forme que vous souhaitez : haie dense, petit massif, bonsaï d’intérieur, mini arbuste de balcon… Une taille franche et sévère n’est pas dommageable au cotonéaster.

Le cotonéaster se laisse tailler facilement et conserve un port compact en toute circonstances. Les variétés de cotonéaster à feuilles caduques peuvent être taillées juste avant la reprise de la végétation. La taille du cotonéaster favorise la beauté de la floraison et la densité du feuillage (haies, brise-vue).

En dehors de cela, l’entretien du cotonéaster est succinct : son arrosage ne doit être effectué qu’en cas de forte chaleur, sauf pour les plantations pré-estivales. L’arrosage du cotonéaster en pleine terre est beaucoup moins nécessaire que celle d’un arbuste en pot.

Enfin, le binage autour d’un cotonéaster en pleine terre, au jardin, est utile afin de prévenir l’apparition des mauvaises herbes. Cette opération permet également à l’eau de pluie de mieux atteindre les racines du cotonéaster.