Comment se préparer à la rentrée avec la lutte biologique ?

Plusieurs personnes s’inquiètent de l’utilisation abusive de pesticides au quotidien. Car en plus de présenter des risques pour la santé, ils ont des effets néfastes pour l’environnement. Face à une telle situation, les producteurs et les professionnels de l’industrie verte recherchent des solutions alternatives de lutte antiparasitaire pour satisfaire les demandes des consommateurs et le désir de durabilité et de flexibilité opérationnelle. Beaucoup envisagent la lutte biologique. Car elle présente plusieurs avantages comme, la destruction des populations de ravageurs qui ont développé une résistance aux pesticides, la réduction significative de la dépendance aux pesticides, une flexibilité dans l’utilisation de l’équipement de protection individuelle et donne la possibilité d’être un producteur ou un professionnel durable et responsable.   

Qu’est-ce que la lutte biologique ?

 La lutte biologique peut être définie comme l’utilisation délibérée d’ennemis naturels : prédateurs, parasites, agents pathogènes et concurrents pour supprimer et maintenir les populations d’une espèce de ravageur cible (insectes, acariens, mauvaises herbes, agents pathogènes des plantes et autres organismes nuisibles). Elle est particulièrement souhaitable car la tactique est sans danger pour l’environnement, autosuffisante en énergie, rentable, durable et peut être facilement intégrée aux programmes de lutte intégrée contre les ravageurs. 

A découvrir également : La permaculture, c’est quoi ?

Comment fonctionne la lutte biologique pour les plantes à l’automne ?

 De nombreux insectes parasitoïdes sont utilisés en agriculture, car ils contribuent efficacement à limiter les populations d’insectes ravageurs sans utilisation de pesticides. L’intérêt de l’utilisation des insectes auxiliaires en protection des cultures réside dans le fait qu’ils sont naturellement présents dans l’écosystème. De plus, cette méthode n’implique pas l’utilisation d’une substance chimique. En automne, deux formes de lutte biologique sont envisagées : 

  • Une augmentation artificielle des populations de parasites par des apports extérieurs 

 La lutte biologique classique consiste en l’introduction d’espèces exotiques capables de réguler à long terme les populations d’un ravageur. La population d’un ravageur peut augmenter à la suite de la disparition de ses ennemis après utilisation massive de pesticides. Mais dans certains cas, un ravageur est introduit accidentellement dans un écosystème sans que son cortège de parasites l’accompagne. Il faut alors procéder à l’introduction de parasitoïdes.  

A lire en complément : Arroseur avec unité motopompe

  • Faciliter leur multiplication spontanée par un aménagement judicieux de leur environnement, en supprimant toute cause susceptible de nuire à leur survie.

 La réintroduction d’espèces végétales éradiquées des cultures a permis le retour de parasitoïdes indigènes. On peut aussi augmenter le niveau de population d’espèces présentes par multiplication en insectarium et lâchers périodiques dans les cultures. 

Les avantages de l’utilisation de la lutte biologique pour protéger vos plantes ?

 La lutte biologique peut être un contrôle efficace pour certains problèmes. Les contrôles biologiques dont disposent les jardiniers amateurs sont soit des prédateurs, soit des nématodes pathogènes. Les contrôles biologiques peuvent présenter des avantages par rapport aux pesticides qui sont généralement à large spectre et peuvent tuer un large éventail d’invertébrés : 

  • Les contrôles biologiques n’endommagent pas les plantes et ne laissent pas de résidus.
  • Une fois établis, les ennemis naturels peuvent se reproduire et augmenter en nombre jusqu’à ce que le «ravageur» ait été réduit à un niveau acceptable.
  • Les prédateurs et les parasites sont généralement spécifiques à certaines espèces de proies et ne deviendront pas une nuisance ou ne causeront pas de dommages aux créatures non ciblées.
  • Les contrôles biologiques peuvent être utilisés lorsque les pesticides ne peuvent pas être utilisés, par exemple sur les plantes qui peuvent être brûlées par les pulvérisations et qu’il n’y a pas de pesticides synthétiques disponibles pour certaines plantes alimentaires.
  • La présence de contrôles biologiques ne devrait pas interférer avec les activités de jardinage normales telles que la ventilation des serres et l’arrosage, bien qu’il soit nécessaire de restreindre l’utilisation de pesticides.
  • La proie ne développe pas de résistance

 

Comment utiliser les insectes bénéfiques à votre avantage dans le jardin ?

 En tant que jardinier, il n’y a rien de plus frustrant que de voir votre précieuse récolte de légumes dévorée par des insectes nuisibles. Quelques sphinx peuvent niveler une rangée de tomates pendant la nuit. Heureusement, chaque parasite a un prédateur et vous pouvez utiliser cette chaîne alimentaire naturelle à votre avantage. Attirer des insectes bénéfiques dans votre jardin peut éloigner les insectes nuisibles .  Dans votre jardin, un insecte bénéfique est un insecte qui se nourrit d’un insecte nuisible qui endommage votre jardin. Les insectes bénéfiques sont les bons insectes qui détruisent les insectes nuisibles. L’insecte bénéfique peut manger l’insecte nuisible immédiatement, l’insecte nuisible peut être paralysé et mangé plus tard, ou l’insecte bénéfique peut pondre des œufs afin que sa progéniture consomme l’insecte nuisible . Voici quelques astuces pour attirer les insectes bénéfiques dans notre jardin : 

  • Donnez une couverture aux habitants du sol : certains insectes bénéfiques restent au ras du sol, à la recherche d’organismes nuisibles vivant dans le sol. Les carabes , par exemple, grimpent rarement sur le feuillage à la recherche de quelque chose à manger ; au lieu de cela, ils patrouillent le sol la nuit, grignotant des limaces et des vers gris.

 

  • Planter un insectarium : un insectarium est une parcelle de jardin réservée aux insectes. Les insectariums peuvent être des plates-bandes paysagères séparées plantées à proximité de votre jardin, ou plusieurs petites plantations entrecoupées de légumes.

 

  • Fournir une source d’eau: Si vous utilisez un arroseur pour arroser votre jardin, les flaques qui se forment doivent suffire à hydrater votre population d’insectes.

 

Ce que vous devez faire pour préparer votre jardin pour l’automne ?

 Bien que le printemps soit le moment de planter de nouvelles plantes et de nouveaux semis et que l’été soit le bon moment pour les voir pousser, votre jardin a également besoin de soins à l’automne. Au fur et à mesure que le temps se refroidit, les plantes mûrissent et se dirigent vers l’hibernation pendant l’hiver. Cependant, préparer votre jardin à l’automne rendra votre jardin printanier bien meilleur. 

  • Examinez le jardin,
  • Retirer les herbes à l’intérieur,
  • Ajouter des amendements de sol,
  • Appliquer le désherbant sur la pelouse,
  • Récolter des grains,
  • vider le baril d’eau de pluie,
  • Enlever le paillis des tiges et des troncs,
  • Examiner les vivaces,
  • Vérifiez les arbres pour les branches endommagées.